Les saveurs uniques de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur


Petit Epeautre / Farine de Haute Provence
Farine de Haute Provence
L’origine géographique
La zone de reconnaissance des deux IGP « Petit Epeautre de Haute Provence» et « Farine de petit épeautre de Haute Provence» s’étend sur 235 communes des départements des Alpes de Hautes Provence, des Hautes Alpes, de la Drome et du Vaucluse.
Les champs de Petit Epeautre côtoient souvent les champs de lavande. Leurs conditions de production sont en effet très similaires : sol calcaire et pauvre, climat chaud et aride, ainsi qu’une altitude supérieure à 400 mètres.
Lien du produit avec son aire géographique
Une production spécifiquement régionale

• Adapté à des zones sèches, pauvres et calcaires, le Petit Epeautre fait partie intégrante des rotations de cultures de plantes aromatiques et médicinales.

• Le Petit Epeautre est semé mi-septembre et récolté mi-août. Plante rustique, cette culture est particulièrement résistante aux maladies et ne nécessite pas de traitement pesticide. Sa productivité est faible, limitée à 40 quintaux par hectare.

• La culture du Petit Epeautre de Haute Provence est régie par un cahier des charges de production et de transformation basé sur un respect du mode de culture traditionnel.
Un produit caractéristique de qualité supérieure

Particulièrement riche en lipides, protides et glucides, le Petit Epeautre est une céréale à haut rendement énergétique et calorique. Sa forte teneur en fibres lui confère une très bonne digestibilité. La céréale, tout comme sa farine associée, se distingue également par une très faible teneur en gluten. Le critère « peu allergénique » renforce également le caractère exceptionnel du produit. De récentes recherches lui reconnaitraient même des vertus anti-diabétique. Remplaçant avantageusement riz, pâtes ou blé, le Petit Epeautre séduit par sa facilité de préparation. Il enrichit à merveille salades, légumes, ou viandes, de son goût subtil. Les gourmets sauront apprécier le pain, les gâteaux ou les pâtes réalisés à base de farine de Petit Epeautre.

Une réputation historique

Depuis plusieurs millénaires, l’histoire du Petit Epeautre est liée à celle des montagnes du pourtour de la méditerranée, les premières traces de sa culture datant de 9000 ans avant JC. Cultivé et consommé en abondance jusqu’à l’aire romaine, il fut abandonné par la suite au profit de blés froments pour des raisons de rendement. La réintroduction de cette culture s’est opérée dans les années 1990.
 
 


Le Riz de Camargue
Riz de Camargue
L’origine géographique
La zone de reconnaissance en IGP « Riz de Camargue » s’étend sur 15 communes des départements des Bouches du Rhône et du Gard, au cœur d’un triangle délimité par Aigues Morte à l’Ouest, Port-Saint Louis du Rhône à l’Est et Tarascon au Nord.
Le riz est produit, séché et transformé dans sa zone de reconnaissance en IGP. A chaque étape, le riz est accompagné de documents permettant de suivre la traçabilité du produit.
Lien du produit avec son aire géographique
Une production spécifiquement régionale

• Le Riz de Camargue est semé entre avril et mai dans l’eau ou à sec. Le riz est ensuite cultivé sous une lame d’eau quasi-permanente de 5 à 10 cm. Sa récolte est déterminée suivant le climat et la maturité des variétés choisies.

• La culture du riz a des exigences écologiques particulièrement fortes au niveau thermique et hydrique. Elle demande, par ailleurs, une bonne utilisation des systèmes hydrauliques.

• La production de riz en Camargue représente aujourd’hui plus de la moitié de sa sole céréalière et constitue un atout économique majeur au niveau local.

Un produit caractéristique de qualité supérieure

Obtenu dès 1998, le signe de qualité garantit au consommateur la provenance « Camargue » ainsi que la sélection des riz selon des critères spécifiques et renforcés. Un cahier des charges, très strict, permet de définir, pour chaque métier de la filière, les procédures à respecter pour assurer la qualité de la production, la traçabilité des riz ainsi que les techniques de sélection variétales.
Une réputation historique

Le Riz a fait son apparition dans le sud de la France au XIIIème siècle mais ne s’installe réellement en Camargue que sous Henri IV, au XVIème. La culture se développe ensuite au XIXème sous l’impulsion de la compagnie générale de dessèchement, cherchant à lutter contre le sel menaçant l’écosystème et l’équilibre de la Camargue. Dans les années 1940, la riziculture de Camargue connaitra un plein essor suite à l’interruption du trafic maritime durant la seconde guerre mondiale et ne cessera de se développer jusqu’à nos jours, grâce au dynamisme des riziculteurs et des différents centres de recherches et d’expérimentation.
 
 
Les signes d’identification
de la qualité et de l’origine
Retour à la carte
 
L’Appellation d’Origine Contrôlée
L'appellation d'Origine Contrôlée (AOC) est un signe français qui désigne un produit qui tire son authenticité et sa typicité de son origine géographique. Elle est l'expression d'un lien intime entre le produit et son terroir :
>> une zone géographique : caractéristiques géologiques, agronomiques, climatiques et historiques...
>> des disciplines humaines, conditions de production spécifiques pour tirer le meilleur parti de la nature.

Facteurs naturels et humains sont liés. Le produit qui en est issu ne peut être reproduit hors de son terroir.
AOC PACA
AOC en Provence
 
L’Appellation d’Origine Protégée
L'AOC est protégée au plan européen au sein de plusieurs règlements, les règlements (CE) n° 606/2009 et 607/2009 pris pour son application dans le secteur vitivinicole et le règlement 110/2008 sur les spiritueux. Pour les autres produits, le règlement communautaire 510-2006 réglemente l'Appellation d'Origine Protégée (AOP). Par ce règlement, l'Europe adopte et adapte le même système de l'origine pour l'ensemble des pays de l'Union Européenne. L'AOP est la transposition au niveau européen de l'AOC française pour les produits laitiers et agroalimentaires (hors viticulture).

Pour pouvoir bénéficier de l'AOP, la dénomination d'un produit préalablement reconnue en AOC par l'état membre doit être enregistrée par la Commission Européenne au registre des appellations d'origine protégées et des indications géographiques protégées.
AOP PACA
AOP en Provence
 
L’Indication Géographique Protégée
L'Indication Géographique Protégée (IGP) est née de la volonté européenne d'étendre le système d'identification des produits par l'origine. Régie par le règlement 510-2006, l'IGP distingue un produit dont toutes les phases d'élaboration ne sont pas nécessairement issues de la zone géographique éponyme mais qui bénéficie d'un lien à un territoire et d'une notoriété. La relation entre le produit et son origine est moins forte que pour l'AOC mais suffisante pour conférer une caractéristique ou une réputation à un produit et le faire ainsi bénéficier de l'IGP. L'aire géographique d'une IGP est délimitée

Depuis le 1er août 2009, les IGP concernent également les vins. La nouvelle organisation commune du marché de vin distingue en effet 2 catégories de vins : les vins sans indication géographique et les vins avec indication géographique. Cette dernière catégorie est composée des vins AOP (VQPRD) et des vins IGP (anciennement vins de pays). Les vins IGP sont ainsi entrés dans le champ de compétence de l’INAO.
IGP PACA
IGP en Provence
 
La Spécialité Traditionnelle Garantie
La STG est issue de la réglementation européenne 1848/93 actualisée par le règlement (CE) 509-2006. Elle ne fait pas référence à une origine mais a pour objet de protéger la composition traditionnelle d'un produit, ou un mode de production traditionnel. Les matières premières ou le mode de production sont les garants du caractère objectivement traditionnel du produit par rapport aux produits similaires. La STG peut s'appliquer à tous les produits agricoles et agro-alimentaires.
STG PACA
STG en Provence
 
L’Agriculture Biologique
L'agriculture biologique est un mode de production agricole spécifique assurant qu'un ensemble de pratiques agricoles sont respectueuses des équilibres écologiques et de l'autonomie des agriculteurs. Visant à la préservation des sols, des ressources naturelles, de l'environnement et au maintien des agriculteurs, l'agriculture biologique est souvent considérée comme un ferment de l'agriculture durable. Au 1er janvier 2009, les réglementations européennes et nationales sont abrogées et remplacées par le règlement européen n°834/2007 du Conseil du 20 juillet 2007 et complété par des règlements d’application.
Agriculture Bio PACA
Agriculture Bio en Provence
 
Le Label Rouge
Créé par la loi d'orientation agricole du 5 août 1960, le Label Rouge garantit qu'un produit possède un ensemble de caractéristiques lui conférant un niveau de qualité supérieure par rapport aux produits similaires. Les conditions de production ou de fabrication du produit lui sont particulières, elles confèrent la qualité supérieure.
Label Rouge PACA
Label Rouge en Provence
 
Les saveurs uniques de la région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Retour à la carte